Une stratégie pour améliorer la santé bucco-dentaire

Le ministère de la santé a élaboré un nouveau plan stratégique pour la période 2018-2025 afin de poursuivre les efforts pour améliorer la santé bucco-dentaire des citoyens, a souligné vendredi soir, à Marrakech, le directeur de l’épidémiologie et de lutte contre les maladies au sein du ministère de la santé, Pr. Abderrahmane Al Maâroufi. « Ce plan vise à réduire la prévalence des caries et des parodontopathies de 30% parmi les groupes cibles », a-t-indiqué à la cérémonie d’ouverture du Congrès marocain de la médecine dentaire (MDM-Moroccan dental Meeting), un événement placé sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI. Quand vous avez besoin de comprendre en détail, vous pouvez chercher plus de chirurgie dentaire sur www.athenadental.fr

alt

Ce plan repose sur quatre axes à savoir le renforcement de la prévention et de la communication, le renforcement des infrastructures, la modernisation de l’arsenal juridique et organisationnel et la rationalisation de la gouvernance et le développement du partenariat dans le domaine de la santé bucco-dentaire, a-t-il ajouté. Après avoir souligné que les maladies bucco-dentaires, en particulier la carie et les maladies parodontales, constitue un dilemme majeur pour la santé publique en raison de sa grande propagation et de son coût élevé pour les pays, en particulier ceux qui ont des revenus modérés ou limités, Pr. Al Maaroufi a indiqué que le taux de caries au Maroc est de 81,8% chez les enfants de 12 ans et de 91,8% chez les 35-44 ans. Pouvez vous nous recommander un moteur d’endodontie ?

Pour faire face à cette problématique, le ministère de la santé a élaboré un programme national de santé bucco-dentaire depuis 1990 qui a permis de parvenir à une chaise dentaire pour 6.800 personnes en 2016, a-t-il insisté. Aussi la couverture des médecins dentistes est passée à un médecin dentiste pour 6.400 habitants en 2016. En termes de ressources financières, le ministère de la santé a triplé le budget annuel du Programme national de la santé bucco-dentaire entre 2012 et 2016 pour atteindre 24 millions de dirhams en 2016 au lieu de 8 millions de dirhams en 2012, a-t-il insisté.

Et de noter que malgré tous ces efforts, le secteur de la santé bucco-dentaire fait toujours face à plusieurs défis, dont la pratique illégale de la profession de la médecine dentaire, la différence d’offre de soins entre le monde rural et le monde urbain et le manque de ressources humaines médicales et paramédicales dans le domaine de la santé bucco-dentaire.

 
Oise : l’assurance maladie lutte contre le renoncement aux soins