Peur du dentiste : les bruits angoissent le cerveau

Nombreux sont ceux qui sont saisis d’une très forte anxiété lorsqu’ils doivent se rendre chez le dentiste. Dans quelle mesure le bruit des instruments joue-t-il un rôle ?    Athenadental est une Société de distribution de produits dentaires en possession de plus de 5000 produits de grandes marques telles que NSK, JINME, TOSI, COXO etc. Ainsi que de diverses catégories : lampe de blanchiment dentaire et blanchiment dentaire. Tous les jours l’équipe d’Athenadental.fr s’efforce à dénicher de nouveaux produits dentaires pour répondre à vos besoins.

 

Système de blanchiment dentaire mobile avec la lampe bleue froide et certificat CE

On n’ira évidemment pas jusqu’à dire que les sons expliquent à eux seuls cette angoisse, mais l’observation des réactions du cerveau montre qu’ils tiennent une place loin d’être négligeable. Une équipe japonaise (université de Tokyo), spécialisée dans l’étude des composantes de la phobie du dentiste, a réuni un panel de volontaires (masculins et féminins) âgés de 19 à 49 ans.   Unité dentaire portable

 

Dans un premier temps, chacun a répondu à un questionnaire sur son niveau d’appréhension face aux soins dentaires. Deux groupes ont été dégagés : les angoissés et les relax. Phase deux : la diffusion de bruits caractéristiques (la fraise, la roulette, l’aspirateur à salive…), alors que les réactions du cerveau étaient observées par résonance magnétique (IRMf).

 

Et que constate-t-on ? Que chez les patients décontractés, ces sons déclenchent principalement une activité dans la zone cérébrale dédiée au traitement des informations auditives basiques, primaires. Mais du côté des anxieux, une région spécifique du cortex se mobilise : celle qui est impliquée de manière déterminante dans la mémoire et dans l’apprentissage.

 

Ce qui signifie quoi ? Que l’écoute de ces bruits, voire l’idée de les entendre, déclencherait une réactivation de souvenirs désagréables, et dès lors un sentiment de peur. Au-delà de ce constat, les auteurs estiment que l’identification de ce processus pourrait permettre d’aider ceux qui y sont confrontés. Une thérapie comportementale centrée sur la gestion des stimulations auditives pourrait ainsi intervenir utilement.

 

Beaucoup de professionnels de la santé soutiennent qu’il est très important et préférable que le dentiste puisse établir un lien de confiance avec son patient. Certains dentistes vont faire un peu d’humour durant l’intervention afin de détendre le patient et de créer une ambiance agréable. Le but est de sentir que le patient peut faire confiance au professionnel et qu’il est là pour le rassurer et pour l’écouter s’il a des craintes ou s’il ressent des douleurs.

 

De plus, le dentiste doit être un peu plus patient qu’avec d’autres clients. Si toutefois vous n’êtes pas satisfait des services de votre dentiste, ne vous gênez pas pour lui dire, et si la situation ne change pas, vous pouvez toujours en choisir un autre ailleurs! Souvent, il faut en essayer plusieurs avant de trouver la perle rare!

 

Gingivite et parodontite : causes, symptômes et traitement