Mycose buccale et mal de gorge : un lien ?

La mycose buccale est due à un champignon.PUBLICITÉCe dernier ne “s’attrape” pas à proprement parler puisqu’il est naturellement présent dans notre bouche. C’est un déséquilibre de la flore buccale qui va entraîner la prolifération de ce “candida albicans” et provoquer une candidose. Elle peut être liée au reflux qui abime la muqueuse, à certains antibiotiques, mais aussi à un traitement local par corticoïdes (pour les asthmatiques par exemple)”, précise le Dr Aisenberg. Vous pouvez vérifier plus de Thermoformeuse dentaire sur outil dentiste.

alt

Il ne s’agit pas d’une maladie transmissible puisque le champignon Candida albicans est naturellement présent dans la cavité buccale, comme dans de nombreuses autres muqueuses d’ailleurs. Mais dans certaines conditions, il arrive qu’il se mette à proliférer de manière anarchique. Cette multiplication entraîne alors un déséquilibre de la flore buccale : c’est la mycose. Ce type de manifestation peut survenir à la suite d’un traitement par antibiotique qui a affaibli le système immunitaire.

Il existe de nombreux facteurs favorisant sa survenue : une sécheresse buccale, une inflammation, la grossesse, une prothèse dentaire, un diabète, le VIH, la radiothérapie. Certains médicaments sont en également en cause : antibiotiques dits à large spectre, corticoïdes, neuroleptiques qui diminuent la production de salive, médicaments anti-acide. Les bébés souffrent de mycose buccale, souvent transmise par leur mère lors de l’accouchement : leur système immunitaire n’étant pas encore mature, son efficacité n’est pas optimale.

Lorsqu’elle survient au sein de la bouche, la mycose se manifeste sous la forme de plaques plâtreuses qui vont recouvrir une part plus ou moins importante des structures buccales : langue, palais, gencives… Des lésions peuvent également apparaître au niveau des lèvres. L’inflammation alors générée par la candidose peut occasionner des douleurs et, notamment, un mal de gorge persistant, voire des difficultés à déglutir.

Avant la mise en place d’un traitement, un prélèvement permettra d’identifier précisément  le germe qui est responsable de l’infection. Le traitement local, au niveau de la bouche, par application de gel ou de comprimés à sucer, est le plus fréquent, mais dans certains cas, notamment chez les personnes immunodéprimées, ou en cas d’échec du traitement local, de récidive, d’infection ancienne, un traitement par comprimés à avaler peut être nécessaire.

 

 

Que sont la plaque dentaire et le tartre et comment s’en débarrasser ?