Les trucs inattendus pour éviter le dentiste

Aller chez le dentiste vous angoisse. Bonne nouvelle, en prenant soin de vos dents et en adoptant les bons réflexes, il est possible de réduire considérablement l’apparition de caries ou de maladies des gencives et ainsi de limiter vos motifs de stress. Sans zapper la visite de contrôle annuelle : un rendez-vous indispensable car il permet d’éliminer le tartre et la plaque dentaire dont l’accumulation entraîne caries, et inflammations des gencives. Vous pouvez vérifier plus de Thermoformeuse dentaire sur outil dentiste.

alt

Le point avec les docteurs José Boclé et Emmanuel Vizioz, chirurgiens-dentistes. Une bonne hygiène dentaire est la meilleure façon d’éviter les problèmes de dents et de gencives. Tout simplement parce qu’elle permet d’éliminer la plaque dentaire, ce fin dépôt blanchâtre et collant qui se forme constamment à la surface des dents et où prolifèrent les bactéries. Pouvez-vous présenter l’unité dentaire mobile GU-P302 ?

Sans oublier, bien sûr, l’indispensable visite annuelle chez le dentiste (dès l’âge de 1 an). Le détail utile La brosse à dents doit être changée au minimum tous les 3 mois. Il est préférable de choisir celles qui ont une petite tête (pour accéder à toutes les faces des dents) et des poils souples (pour ne pas blesser les gencives, ni abîmer l’émail des dents). Vous pouvez également adopter un modèle électrique.

D’où l’importance de se rincer la bouche à l’eau claire après l’absorption d’un aliment ou d’une boisson sucrée (soda, jus de fruit, eau minérale parfumée, etc.). Cela permet non seulement d’éliminer les résidus de nourriture, mais aussi de limiter les pics d’acidité qui attaquent l’émail des dents et, à la longue, favorisent l’hypersensibilité dentaire, la formation de caries et les maladies des gencives.

Généralement, le traitement débute vers l’âge de 7 ou 8 ans, mais il peut aussi être entrepris à l’âge adulte, lorsque l’on a une dentition imparfaite, incomplète ou des implants dentaires. Bon à savoir Selon les estimations, 50 à 75 % de la population conserveraient une déglutition infantile. Chez les adultes, la durée de la rééducation est souvent plus longue que chez l’enfant, car les réflexes sont bien ancrés dans le cerveau et leur « reprogrammation » nécessite évidemment plus de temps.

 
Initiative sur les soins dentaires rejetée