Les soins dentaires coûtent de plus en plus cher: est-il conseillé de contracter une assurance complémentaire?

Le prix des soins dentaires et de certains traitements buccaux explosent et ne sont pas toujours remboursés par la mutuelle. De plus en plus de Belges contractent du coup des assurances complémentaires pour couvrir ces frais. Environ 600.000 Belges ont conclu des assurances complémentaires par crainte de factures en dentisterie élevées. Le nombre d’assurés augmente rapidement, rapportent plusieurs quotidiens qui ont interrogé les trois principales mutuelles. Quand vous avez besoin de comprendre en détail, vous pouvez chercher plus de chirurgie dentaire sur produits dentaires.

alt

L’explication ne doit pas être cherchée très loin, selon le syndicat flamand des dentistes. “Le gouvernement n’investit pas assez depuis des années dans le remboursement des soins dentaires. Les coûts pour certains traitements explosent”, explique un porte-parole. La ministre de la Santé publique Maggie De Block (Open Vld) reconnait les problèmes, mais souligne que les moyens sont limités. Trois millions d’euros sont toutefois réservés pour l’an prochain, notamment pour les patients atteints d’un cancer. Qu’est-ce que les caractéristiques de l’unité dentaire mobile GU-P302 avec compresseur d’air ?
C’est l’Assurance-maladie qui couvre les risques les plus coûteux. Cancers, maladie de Parkinson, sclérose en plaques, diabètes ou insuffisances cardiaques graves font partie des trente affections de longue durée remboursées à 100% par le régime. Le rôle des complémentaires, dans ce cadre, est limité: elles remboursent le forfait hospitalier de 18 € par jour en cas d’hospi­talisation et, pour les plus ­étendues, les frais de chambre particulière et les éventuels dépassements d’honoraires des spécialistes consultés, hélas souvent fréquents. À l’inverse, de nombreuses dépenses de santé sont très mal remboursées par la Sécu, notamment l’optique ou les prothèses dentaires ou audi­tives.

L’investissement est insuffisant, selon les dentistes. Le syndicat craint même que certains souscrivent à des assurances de manière inutile. “Une personne qui a une dentition saine et en prend soin n’a pas vraiment besoin d’une police supplémentaire”, laissent entendre les dentistes. Vivre sans complémentaire santé ne met pas votre budget en péril, puisque les gros risques sont pris en charge par l’Assurance-maladie et que les dépenses les plus importantes (prothèses dentaires, lunettes ou appareils auditifs) vous laissent déjà une part importante à votre charge. En mettant de côté l’argent qui n’est pas dépensé pour la complémentaire et en le faisant fructifier dans un placement disponible et sûr (livret d’épargne, fonds en euros d’une assurance-vie…), vous pouvez devenir votre propre assureur sans remettre en cause la qualité de vos soins et en faisant des économies.

 

 

Zéro reste à charge sur les soins dentaires : les discussions se poursuivent difficilement