Les clés de la réussite de vos traitements endodontiques

L’évaluation de la qualité du traitement consiste à déterminer si celui-ci satisfait les normes académiques. Les études épidémiologiques ont montré de façon constante que la forte prévalence de la maladie péri-apicale des dents traitées est liée à la mauvaise qualité technique des obturations canalaires (De Moor et al. 2000, Kirevang et Horsted-Bindslev 2002, Kabak et al. 2005, Bierenkrant et al. 2008) et que le taux de la guérison est compris entre 70 et 100% quand la qualité technique est considérée comme adéquate (Bierenkrant et al. 2008). De la décision de réalisation du traitement à la restauration, toutes les étapes sont cruciales. Vous pouvez chercher plus d’unité dentaire portable et compresseur dentaire sur notre site.

alt

L’élimination des colonies bactériennes est une des clés du succès :
Dans les cas où la pulpe est vivante les bactéries sont souvent limitées à la chambre pulpaire.
Dans les canaux infectés le péri-apex est également atteint. Le chargement de l’autoclave pour la stérilisation

Dans ce dernier cas, il faudra être encore plus vigilant sur l’élimination des microorganismes et bien traiter les 2 mm apicaux. Cela nécessite une bonne évaluation du foramen apical, la préparation canalaire doit donner une forme conique et régulière au canal, de manière à favoriser l’effet des solutions d’irrigation. Un traitement endodontique est nécessaire dans les cas suivants : pulpite irréversible, pulpe nécrosée avec ou sans signes cliniques, pathologies apicales ou pulpes vivantes.

Dans les cas de pulpes vivantes, on optera pour un traitement endodontique si et seulement si on se retrouve face à un pronostic défavorable de la vitalité pulpaire, une probabilité élevée d’exposition pulpaire au cours de la restauration coronaire n’autorisant pas le coiffage direct et/ou lors de la taille prothétique, une amputation radiculaire ou une hémisection. Seule la pose de la digue assure l’absence de réinfection microbienne durant le soin endodontique d’une dent infectée et empêche une infiltration primaire bactérienne lors du soin d’une dent vitale.

De plus, elle protège le patient des risques d’ingestion ou d’inhalation de produits chimiques utilisés lors de la désinfection ou d’instruments endodontiques qui pourraient échapper au praticien. La perte de substance empêche la stabilité du crampon et remet en cause la pose du champ opératoire. Il est donc nécessaire de reconstruire provisoirement les parois manquantes. La reconstitution pré-endodontique ne se réalise que sur des limites dentaires saines préfigurant les contours de la restauration finale. Elle rend plus facile la pose de la digue, (quatre parois coronaires) crée un réservoir de solutions d’irrigation tout au long du traitement et facilite la pose d’un pansement temporaire étanche ce qui évite toute infiltration bacterienne post-endo.

 
Ces aliments et boissons qui abîment les dents