Le point sur l’opération des dents de sagesse

Autrefois vitales pour nos ancêtres, les dents de sagesse ne sont aujourd’hui plus indispensables. Baptisées ainsi car elles n’émergent que vers l’âge de vingt ans, elles étaient utiles au travail de mastication effectué par l’homme primitif qui consommait de la viande crue. Leur irruption tardive dans la bouche de l’homme préhistorique leur permettait de pallier les deux autres molaires usées et prolongeait ainsi les chances de survie.  Quand vous souhaitez savoir beaucoup,vous pouvez chercher plus de Turbine dentaire sur www.athenadental.fr

alt

Faute d’usure suffisante des molaires, les dents de sagesse n’ont plus la place pour pousser correctement. Le rétrécissement de la mâchoire au cours de l’évolution a également contribué à faire de ces dents un poids pour l’homme moderne. De manière surprenante, les dents de sagesse n’apparaissent pas chez tout le monde. Certaines personnes n’en ont qu’une, deux, voire trois sur les quatre possibles. Une variabilité individuelle qui s’explique encore difficilement. Connaissez-vous l’origine de l’appareil à ultrasons ?

Les chercheurs semblent néanmoins s’entendre sur leur disparition progressive dans les populations des sociétés modernes. Dépourvues de fonction, elles seraient de moins en moins présentes de génération en génération, du fait du caractère évolutif. A moins que l’environnement n’intervienne directement sur les gênes responsables de sa formation. Il n’en reste pas moins qu’elles sont aujourd’hui gênantes pour ceux chez qui elles émergent : mauvaise position, infection, douleurs.

Il est recommandé d’extraire ces molaires lorsqu’elles sont symptomatiques ou qu’elles causent des problèmes telles qu’une douleur récurrente, des infections, des dommages aux autres dents. Que faire lorsque ces dents ne causent strictement aucun symptôme ? On entend souvent dire qu’elles causent des déplacements dentaires en exerçant une pression sur les autres dents pour trouver leur place. Cela perturberait ainsi l’alignement des dents, et favoriserait le chevauchement dentaire. En réalité, des études ont montré qu’elles n’ont qu’un rôle mineur dans ce phénomène. Plusieurs associations de dentistes ont statué qu’il n’était pas indiqué de les extraire uniquement pour cette raison.

 
Une assurance dentaire qui avance boiteuse